Que cherchez vous?

  • avec videoAvec Vidéo
  • gratuitGratuit
  • anniversaireAnniversaire possible
  • accessible fauteuils et poussettesaccessible fauteuils et poussettesAccessible aux fauteuils et poussettes
  • accessible malentendantsAccessible malentendants
  • accessible malvoyantsAccessible malvoyants

Weekend famille : 3 jours à Verdun avec un enfant de 10 ans

Entre nous >
publié le 23/05/2016

Weekend famille : 3 jours à Verdun avec un enfant de 10 ans

 

A 10 ans (CM1), la Première et la Seconde Guerre Mondiale n'ont pas encore été abordées à l'école. Aussi le choix de Verdun comme visite en famille peut paraître étrange. Seulement voilà, l'arrière grand-père de notre petite puce nous propose de lui faire découvrir Verdun à sa façon, avec ses anecdotes car il y a vécu son enfance et la seconde guerre mondiale. Et son grand âge ne nous permet pas d'attendre. Alors c'est décidé, nous demandons conseil à l'Office de Tourisme de Verdun et filons pour 3 jours de visite. A 2 heures et demi de Strasbourg environ, Verdun est une jolie ville qui mérite d'être connue et pas seulement pour sa tragique histoire.
On vous le dit tout de suite, notre puce a particulièrement aimé la visite de la Citadelle souterraine, celle du Fort de Vaux et l'usine de dragées. Nous avons sciemment évité la "tranchée des baïonnettes" qui restait pour moi un souvenir terrifiant de ma propre visite quand j'étais adolescente. Mais à vous de voir en fonction de votre enfant.

 

Un peu d'histoire

Du 21 février au 21 décembre 1916 Verdun fut le théâtre d'une terrible bataille entre armées française et allemande. Point stratégique lors de la Première Guerre Mondiale, Verdun  sera vigoureusement défendue et 700 000 hommes français et allemands y mourront, y seront blessés, ou portés disparus. Il faut se rappeler qu'à cette époque Verdun est à deux pas de l'Allemagne puisque l'Alsace et une partie de la Lorraine sont allemandes. La Bataille de Verdun est une des plus longues et dévastatrices batailles de la Première Guerre Mondiale mais pourtant ni la plus meurtrière ni la plus stratégique, elle reste la plus célèbre de ce conflit. Lors de la seconde guerre mondiale Verdun sera prise et vivra sous l'occupation allemande. En août 1944 elle est libérée par les alliés.
2016 est le centenaire de la Bataille de Verdun. Le 29 mai prochain François Hollande et Angela Merkel commémoreront ce centenaire à l'ossuaire de Douaumont, puis au Mémorial de Verdun.

 

Premier jour de visite : La Citadelle souterraine de Verdun

 

La Citadelle souterraine de Verdun nous plonge dans un des lieux de mémoire de la Première Guerre mondiale. C'était un point de départ des soldats vers les champs de bataille, mais c'était aussi un lieu de réconfort et une base logistique très perfectionnée. Une nacelle audioguidée nous emmène à travers les galeries et nous fait découvrir la vie quotidienne des soldats. Nous apprenons comment fut choisi le Soldat Inconnu qui repose sous l'Arc de Triomphe à Paris depuis le 11 novembre 1920.
La visite est impressionnante et dure environ 45 minutes (30 minutes en wagonnet, puis visite libre de la salle de musée).
 

Deuxième jour : Mémorial de Verdun, ossuaire de Douaumont et Fort de Vaux

 

Le Mémorial de Verdun

Datant de 1967 il a été entièrement repensé et rénové en 2015 et a réouvert ses portes cette année. Il sera inauguré le 29 mai prochain par François Hollande et Angela Merkel (et donc fermé au public exceptionnellement). Nous découvrons des documents exceptionnels, des archives vidéos, des enregistrements audio, un spectacle audiovisuel projeté sur un écran brisé de 100m², des objets et des lettres de soldats, des canons, un camion qui parcourait la Voie Sacrée, deux avions... La scénographie est très bien faite. J'entraîne ma fille avec moi, lui évite un passage que je trouve trop dur (sur la souffrance des soldats blessés). Et nous rejoignons à l'extérieur mon grand-père, trop ému.

 

L'ossuaire de Douaumont

Monument impressionnant construit en 1927 à la mémoire des soldats tombés à Verdun, l'ossuaire de Douaumont est composé d'un cloître, d'une chapelle et d'une tour surplombant le champ de bataille devenu le cimetière de milliers de soldats. Notre fille est entraînée par son arrière grand-père dans le cloître. Long de 137 mètres, chaque pierre qui le compose porte le nom d'un soldat disparu. Sur une de ces pierres il montre à son arrière petite fille le nom de son oncle, mort à Verdun en 1916. Il y a dans chaque alcôve un tombeau qui représente un des secteurs géographiques de la Bataille de Verdun et dans lesquels reposent les restes de 130 000 soldats inconnus. Nous sommes tous très impressionnés. Nous sortons et marchons au milieu des tombes. Certaines portent le nom d'un soldat avec une inscription complémentaire : "...et 2 soldats inconnus". Nous retournons aux voitures pour la visite suivante : le Fort de Vaux.

 

Le Fort de Vaux

Situé non loin de Douaumont, le Fort de Vaux est un des hauts lieux de la Bataille de Verdun. Il fut désarmé en 1915 par un décret. C'est donc un fort sans armement lourd qui se retrouve seul face à une division allemande. Le fort résistera plusieurs jours dans des conditions extrêmement difficiles. Privés d'eau, d'armements, gazés, les soldats sont finalement contraints à la reddition. L'histoire du dernier pigeon voyageur du commandant Raynal intéresse particulièrement notre fille. Ce pigeon, nommé "Le Vaillant" sera le dernier espoir du commandant. Il enverra l'oiseau avec ce message attaché à sa patte : « Nous tenons toujours, mais nous subissons une attaque par les gazs et les fumées très dangereuses. Il y a urgence à nous dégager. Faites-nous donner communication optique par Souville qui ne répond pas à nos appels. C’est mon dernier pigeon. Signé : Raynal ». Ce pigeon a réussi sa mission malgré son intoxication au gaz, l'intense fumée et les tirs ennemis. Il est arrivé mourant au colombier, mais il ne décéda que bien plus tard et fut décoré. A sa mort, à l'âge de 24 ans dit-on, il fut empaillé et est conservé au Mont-Valérien.

 

Troisième jour : l'usine de dragées Braquier et la butte de Montsec

 

Usine de dragées Braquier

Nous choisissons pour le dernier jour une visite un peu plus légère : la visite de l'usine de dragées Braquier. Plusieurs histoires divergent quant à l'origine de la dragée. Mais les dragées telles que nous les connaissons sont originaires de Verdun. C'est un apothicaire en 1220 qui aurait enduit des amandes de sucre et de miel durcis pour faciliter leur conservation. Le sucre de canne remplacera rapidement le miel. Vendue comme un remède contre la stérilité, la dragée devient vite une friandise qui trouve naturellement sa place sur la table des mariages et des baptêmes. Nous sommes accueillis à l'usine et équipés d'un casque audio pour suivre la visite. Des écrans répartis en 12 stations expliquent les différentes étapes de fabrication des dragées. En semaine il est possible de voir à travers les vitres les dragéistes à leurs différents postes de travail. Nous étions le weekend donc nous n'avons vu que les vidéos et les postes inactifs. La visite était très intéressante et très gourmande. Nous avons dégusté toutes sortes de friandises délicieuses.

 

La butte de Montsec

Nous avons terminé notre weekend par une balade sur la butte de Montsec où est érigé le Mémorial américain. Ce mémorial, construit en 1932 commémore les offensives de l'armée américaine de 1918 pour réduire le saillant de St-Mihiel. Le lieu est majestueux et domine le lac de Madine.

 

Nous avons ponctué nos visites de moments de détente et de balades en ville, en forêt et en terrasse à manger des glaces. Un fascicule de jeux "Vadrouille la Grenouille" est proposé gratuitement pour les enfants de 6 à 12 ans à l'Office de Tourisme.

 

Le soleil commence à faiblir, il est temps pour nous de rejoindre l'Alsace. Il y a encore beaucoup de choses à découvrir, mais ce sera pour une autre fois.

 

Plus d'infos :

Citadelle souterraine de Verdun

Mémorial de Verdun

Ossuaire de Douaumont

Fort de Vaux

Usine Braquier

Mémorial américain de la butte de Montsec